©Copyright » Politique de confidentialité » ✆Contacts

mercredi, août 10, 2022

primaire écologiste, un lancement entouré de questions

Sans transition, les écologistes ont basculé de la lecture des résultats électoraux à la préparation de leur primaire pour l’élection présidentielle. La période de dépôt des candidatures pour la primaire présidentielle du « pôle écologiste » doit en effet s’ouvrir jeudi 1er juillet, pour un vote qui se déroulera en deux tours, du 16 au 19 septembre, puis du 25 au 28 septembre.

À l’approche de l’échéance, le maire EELV de Grenoble Éric Piolle a mis fin à un faux suspense en officialisant sa candidature, mardi 29 juin, sur France Bleu Isère : « S’ouvre une nouvelle page pour moi, qui va nous lancer collectivement vers la primaire des écologistes en septembre ». « Oui, effectivement, j’avance étape par étape. Maintenant, c’est une étape tournée vers 2022 », a-t-il déclaré, cette fois sur France 3 Alpes.

Après sept mois passés sur les routes pour rencontrer des militants et soutenir les candidats aux régionales, le maire de Grenoble s’arrêtera à Paris, mercredi 30 juin, à l’occasion de la sortie d’un nouveau livre, De l’espoir ! Pour une République écologique (Les Liens qui libèrent). Puis il se rendra à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, pour un déplacement sur les solidarités dans les quartiers populaires, qui seront au cœur de son futur projet.

Des réunions de soutien les 3 et 4 juillet

L’édile est la deuxième figure écologiste à se porter candidate à la primaire. Économiste et vice-présidente à l’université de Lille, Sandrine Rousseau s’est déclarée dès octobre 2020, après trois années de retrait de la vie politique. Ancienne numéro 2 d’EELV, elle avait été à l’origine de l’affaire Denis Baupin, vice-président écologiste de l’Assemblée nationale, accusé d’agressions sexuelles et de harcèlement en 2016.

→ ANALYSE. Présidentielle 2022 : les écologistes lancent leur « fusée »

La candidature de Sandrine Rousseau est venue perturber un duel attendu entre Éric Piolle et le député européen Yannick Jadot, qui a officialisé sa candidature ce mercredi dans des entretiens à TF1 et à l’Obs. Les deux hommes mobiliseront leurs troupes respectives le week-end des 3 et 4 juillet : Éric Piolle avec ses soutiens à Pantin (Seine-Saint-Denis), Yannick Jadot en séminaire avec ses référents régionaux à Colombes (Hauts-de-Seine).

Une réunion du « pôle écologiste » sous tension

Le chemin vers la désignation d’un candidat « écolo » pourrait cependant être semé d’embûches. Des questions de fond, en particulier sur la stratégie d’alliance à gauche, traversent les différentes familles écologistes. Présidente de Génération Écologie et possible candidate, Delphine Batho a mis les pieds dans le plat, pointant dans un communiqué « une stratégie confuse », « enfermant l’écologie politique sous la tutelle de l’union de la gauche ».

Une réunion du « pôle écologiste » qui réunit les formations participant à la primaire (EELV, Génération-s, Génération Écologie, Cap Écologie, le Mouvement des progressistes) doit se tenir jeudi 1er juillet. Et les sujets qui fâchent pourraient y être abordés, peut-être au point de bousculer voire changer les modalités d’organisation du scrutin.

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici