©Copyright » Politique de confidentialité » ✆Contacts

mercredi, août 10, 2022

trafic aérien normal en début de matinée

Le mouvement de grève des syndicats qui protestent contre la suppression de certaines primes est pour l’instant sans conséquence sur le trafic.

Le trafic aérien aux aéroports parisiens de Roissy-Charles de Gaulle et Orly était normal jeudi en début de matinée, alors que le syndicat Unsa du Groupe ADP appelait les salariés à la grève, selon une source aéroportuaire. Les perturbations occasionnées par ce mouvement social étaient limitées à Roissy comme à Orly, a indiqué cette source à l’AFP.

La direction du Groupe ADP, gestionnaire de ces deux aéroports, avait estimé mercredi que cet appel à la grève pourrait entraîner jeudi de «possibles difficultés d’accès routiers et des retards sur certains vols». Trois syndicats ont déposé des préavis de grève englobant le premier week-end des grands départs en vacances. Le préavis de l’Unsa court de jeudi à lundi, tandis que la CGT et la CFE-CGC appellent à faire grève de vendredi à lundi. Ils réclament le retrait d’un plan d’adaptation des contrats de travail (PACT) prévoyant la suppression de certaines primes. En cas de refus, les salariés s’exposent à un licenciement.

Le mouvement social continue

À Roissy jeudi matin, environ 200 manifestants ont perturbé l’accès sur une voie de circulation menant au terminal 2E, tandis que d’autres filtraient le passage des voyageurs se dirigeant vers les postes de contrôle du terminal 2B, ce qui gênait le fonctionnement de l’aérogare, a précisé la source aéroportuaire. Mais il n’y avait pas, «pour l’heure, de conséquence sur le trafic aérien», a-t-elle ajouté. À Orly, la situation était similaire et «calme», a poursuivi la même source.

Des assemblées générales des salariés étaient organisées tôt jeudi matin à Roissy et Orly. Des manifestations sont prévues vendredi matin dans les deux aéroports. Aux syndicats qui demandent le retrait du PACT, la direction d’ADP répond que ce plan est nécessaire pour réaliser des économies, alors que la pandémie de Covid-19 a considérablement affecté l’activité du groupe, majoritairement détenu par l’État.

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici