©Copyright » Politique de confidentialité » ✆Contacts

mercredi, août 10, 2022

Projet de loi sanitaire, l’explication de texte de Jean Castex

Beaucoup de rappels et quelques précisions. Ainsi pourrait se résumer l’intervention de Jean Castex au 13 heures de TF1, mercredi 21 juillet, jour de la mise en place du passe sanitaire dans les lieux de culture et de loisirs. « Nous sommes dans la quatrième vague », a d’abord confirmé le premier ministre, alors que la circulation de l’épidémie a brutalement augmenté.

18 000 cas ont été recensés lundi, soit un bond inédit de 140 % en 24 heures. 48 départements sont passés au-dessus du seuil d’alerte (50 cas pour 100 000 habitants), entraînant des mesures de « freinage » locales : dans les Pyrénées-Orientales, la préfecture a imposé le port du masque dans l’espace public et la fermeture des bars et restaurants à 23 heures.

→ VOS QUESTIONS. « Où devrai-je présenter mon passe sanitaire à partir du 21 juillet ? »

La faute au variant Delta plus contagieux, a rappelé Jean Castex, tout en plaidant pour le maintien d’une « gestion territorialisée » de l’épidémie : « Nous devons réagir, et en même temps, la clé, on la connaît, il faut vacciner », a martelé le premier ministre, rappelant que « 96 % des personnes contaminées ne sont pas vaccinées ». Au niveau national, le cap fixé par Emmanuel Macron le 12 juillet reste le même : « Déployer le passe sanitaire et renforcer la vaccination sans s’interdire (d’autres mesures) si la situation venait à exploser », a-t-il prévenu.

« Pas de passe sanitaire dans les établissements scolaires »

Au milieu de ces généralités, quelques éclaircissements ont surgi, notamment sur les adolescents de 12 à 17 ans, pour qui le passe sanitaire ne sera exigé qu’à la fin du mois de septembre, au lieu de fin août. Le but : ne pas pénaliser leur scolarité, mais aussi réparer ce que Jean Castex a décrit comme une forme d’injustice, puisque ces derniers n’ont accès à la vaccination que depuis le 15 juin.

Tout en promettant « de mettre le paquet pour vacciner tous les enfants de 12 à 17 ans » dans les collèges et lycées, « il n’y aura pas de passe sanitaire dans les établissements scolaires », a aussi assuré le premier ministre. Le « dispositif » sera détaillé par le ministre de l’éducation dans les prochains jours et les enseignants pourront en profiter, s’ils le souhaitent. Le premier ministre a en effet fermé la porte à toute obligation pour cette profession comme pour les autres. « Au-delà des soignants et assimilés », « la conviction et la persuasion » seront préférées à l’injonction, a-t-il souligné.

Les restaurants n’auront pas à contrôler l’identité des clients

Autre point de clarification, très attendu par les restaurateurs et propriétaires de cafés : la vérification du passe sanitaire. Si ces derniers sont chargés de scanner les QR code de leurs clients, le contrôle d’identité, lui, reviendra aux « forces de sécurité ». Ces « contrôles de deuxième niveau » seront « aléatoires », a expliqué Jean Castex, qui espère une « promulgation de la loi au début du mois d’août ».

→ RELIRE. Au Parlement, le passe sanitaire en débat

Dernière précision : les cas contacts vaccinés n’auront plus à s’isoler, le premier ministre indiquant se baser sur des « analyses » qui montrent que « ces personnes (…) n’ont plus de chance d’attraper la maladie ». Une affirmation à nuancer, les scientifiques estimant en réalité que la vaccination contre le Covid n’empêche pas, dans de rares cas, d’être porteur du virus et donc contagieux.

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici