©Copyright » Politique de confidentialité » ✆Contacts

mercredi, août 10, 2022

le plan de l’Allemagne au secours de ses sinistrés

Une semaine après les crues dramatiques du 14 juillet, « il y a peu d’espoirs de retrouver des survivants », a déploré mercredi 21 juillet la cellule de coordination des secours, THW. Le bilan, toujours provisoire, est de 170 morts et autant de personnes disparues. Alors que les travaux de déblaiement sont toujours en cours, et que les autorités sanitaires redoutent le développement d’épidémies dans les zones inondées, le conseil des ministres a promis mercredi 21 juillet de venir rapidement en aide aux sinistrés.

Quoiqu’il en coûte

L’État fédéral va débloquer dans un premier temps une aide d’urgence de 200 millions d’euros, auxquels s’ajouteront 200 millions supplémentaires en provenance des Länder. « L’argent sera réparti par les communes et les régions, en fonction des besoins constatés sur place », assure le ministre de l’intérieur, Hors Seehofer. L’enveloppe doit permettre de parer au plus pressé, en sécurisant bâtiments et infrastructures endommagées, en aidant ceux qui ont tout perdu, ou vivent dans des conditions précaires, sans eau ni électricité.

→ À LIRE. L’Allemagne confrontée à sa pire catastrophe naturelle d’après-guerre

« Si les besoins sont plus élevés, nous augmenterons l’enveloppe. L’argent sera mis à disposition rapidement et sans bureaucratie », a promis le ministre des finances, le social-démocrate Olaf Scholz, à l’issue d’un conseil des ministres consacré à la question mercredi. « Ce fonds d’urgence ne couvrira qu’une infime partie des besoins », a admis le ministre, annonçant que Berlin va « travailler à un plan de reconstruction des régions touchées et de leurs infrastructures ».

Les dommages subis sont colossaux. La compagnie de chemins de fer Deutsche Bahn estime à 2 milliards d’euros le coût des destructions de ses infrastructures, avec des dégâts massifs dans 80 gares, et plus de 600 km de voies détruites en Rhénanie-Palatinat et en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, deux régions des bords du Rhin. « Rien que dans la vallée de l’Ahr, 20 des 35 ponts ont été détruits, rappelle le ministre des transports Andreas Scheuer. Cela laisse entrevoir la tache qui nous attend… »

Seuls 46 % des propriétaires assurés

Berlin envisage également de faire appel au fonds de solidarité européen, qui soutient les États membres de l’Union européenne en cas de catastrophe naturelle. Six milliards d’euros avaient été nécessaires pour reconstruire les zones inondées du sud-est de l’Allemagne, après les dernières crues du Danube en 2013. Cette fois-ci, les dommages pourraient être bien plus élevés. La fédération des assureurs allemands, GDV, estimait mardi que les inondations de la semaine dernière coûteront jusqu’à 5 milliards d’euros aux seuls assureurs, « ce qui fait de la dépression Bernd l’une des plus dévastatrices du passé récent », selon Jörg Asmussen, le directeur général de la fédération.

→ LES FAITS. Inondations en Allemagne, Berlin promet l’aide de l’État fédéral

La somme ne représenterait qu’une partie des dommages subis, puisque la majorité des Allemands ne sont pas assurés contre les catastrophes naturelles. Sans aides de l’État, les sinistrés non assurés seraient au bord de la faillite, ce qui relance le débat autour de l’obligation pour les propriétaires de s’assurer contre les inondations. « Seuls 46 % des propriétaires sont protégés contre les catastrophes naturelles en Allemagne », selon le GDV, avec d’importantes disparités régionales, allant de 37 % en Rhénanie Palatinat à 94 % dans le Bade-Wurtemberg, où ce type d’assurance était obligatoire jusqu’en 1993.

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici