©Copyright » Politique de confidentialité » ✆Contacts

mercredi, août 10, 2022

un accord en vue à l’Opep+ sur l’augmentation de la production

Après avoir fortement ralenti la production pendant la crise du Covid-19, l’organisation de pays producteurs veut rouvrir progressivement les vannes.

Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés avec lesquels ils forment l’Opep+ se réunissent dimanche en vidéoconférence et pourraient selon des observateurs se mettre d’accord pour une hausse modeste de la production à partir d’août, après le report d’une réunion en début de mois. Les 23 pays de l’Opep+, emmenés par l’Arabie saoudite et la Russie, avaient dû annuler cette réunion, prévue le 5 juillet et censée surmonter une impasse sur les niveaux de production de brut, en raison d’un désaccord entre Ryad et les Émirats arabes unis.

La réunion dimanche débute à 12H00 et une conférence de presse est prévue une heure plus tard, selon le secrétariat de l’Opep+ à Vienne. Selon des observateurs, le fait que la conférence de presse ait été programmée si tôt est le signe qu’un accord est proche.

«La conférence de presse de l’Opep+ est prévue à 13H00, heure de Vienne, soit une heure seulement après le début de la réunion, ce qui indique qu’un accord est proche, voire déjà conclu. Une multitude de discussions ont eu lieu samedi pour tenter de combler les désaccords», a tweeté Herman Wang, spécialiste de l’industrie énergétique chez S&P Global Platts.

Les EAU en désaccord

Depuis mai, le cartel a timidement rouvert le robinet d’or noir après l’avoir fortement serré au début de la pandémie de Covid-19, avec un certain succès au niveau des prix – du point de vue des producteurs – puisque ceux-ci ont grimpé.

L’Opep+ avait l’intention d’augmenter la production globale de pétrole d’au moins 400.000 barils/jour entre août et décembre et de reporter d’avril 2022 à fin 2022 la date limite de plafonnement de la production. Mais les Émirats arabes unis avaient qualifié l’accord proposé d’«injuste», conduisant à une impasse.

Les prix du pétrole, déjà en recul en raison des inquiétudes concernant l’économie mondiale, s’étaient effondrés en avril 2020 avec la propagation du coronavirus qui a mis à mal les chaînes de consommation, de transport et d’approvisionnement mondiales. L’Opep+ avait décidé de retirer 9,7 millions de bpj du marché et de rétablir progressivement l’approvisionnement d’ici à la fin avril 2022, contribuant à faire rebondir le prix de l’or noir.

À voir aussi – Yémen: forces gouvernementales et rebelles Houthis s’affrontent à Marib pour le contrôle d’une zone riche en pétrole

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici