©Copyright » Politique de confidentialité » ✆Contacts

vendredi, août 12, 2022

une palme d’or choc pour une cérémonie en plomb

On se perdait un peu au milieu de toutes ces récompenses. Beaucoup d’ex aequo, ce qui est la solution de facilité et qui devrait être interdit. Mais pour une fois, les résultats sont décents. Pas de quoi crier au scandale.

Le festival a bien des défauts. Au moins, il n’est jamais décevant. Cette fois, le président du jury Spike Lee a dévoilé dès le début qui aurait la palme d’or. Cela eut le don d’alléger le suspense. Cela n’a pas été la seule bévue du réalisateur américain en costume bariolé et casquette de garde champêtre, qui s’est emmêlé les pinceaux tout au long d’une cérémonie dont l’amateurisme semblait vouloir concurrencer les derniers César. Ils ont pourtant eu le temps de se préparer. Deux ans pour ça : une triste imitation d’un vin d’honneur à Montastruc-La-Conseillère, avec Tahar Rahim empêchant le maire de renverser les plateaux et Mélanie Laurent réglant les micros en catastrophe. Un brin de répétition aurait été bienvenu.

Pour une fois, les résultats sont décents. Pas de quoi crier au scandale. Dans ces moments, le cinéma n’en mène pas large. On n’est jamais à l’abri d’une surprise. On se perdait un peu au milieu de toutes ces récompenses. Beaucoup d’ex aequo, ce qui est la solution de

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici