Quand la question du travail divise la gauche