La moitié quelques membres du PCC ont déjà voté pour choisir leur nouveau chef

Plus de la moitié des membres du Parti conservateur du Canada ont renvoyé leur bulletin de vote pour choisir leur nouveau chef, une semaine avant la date limite du 6 septembre.

Le parti affirme qu’un peu plus de 350 000 bulletins de vote ont été reçus sur les 678 000 personnes admissibles à voter lors de la course à la chefferie.

Cela signifie que la contribution électorale se situe actuellement à environ 52 %. Lors de la course à la direction du parti en 2020, qui a été remportée par le député ontarien Erin O’Toole, environ 65 % des membres avaient voté.

Les candidats à la direction et leurs équipes ont passé les dernières semaines de cette course en travaillant d’arrache-pied pour s’assurer que leurs partisans votent – et en tentant de rejoindre ceux qui ne l’ont pas fait.

Néanmoins, la errata électorale est longue cette année — le nombre unanime de membres est un record pour un parti politique canadien — donc atteindre tout le monde avant la date limite est un défi.

Le favori Pierre Poilievre, qui a organisé près de 80 grands rassemblements à travers le pays tout au long de la campagne, a tenu sa dernière rencontre lundi à Vancouver. Selon son équipe, plus de 1000 personnes étaient présentes.

M. Poilievre a été aidé par certains des 62 députés qui le soutiennent, qui ont organisé des événements où les partisans peuvent voter en personne.

Le député Corey Tochor, qui copréside la campagne de M. Poilievre en Saskatchewan avec l’ancien chef conservateur Andrew Scheer, a affirmé qu’il remarque que les événements de la campagne attirent deux à trois plus de personnes que ceux des autres courses à la direction.

« Les gens sont vraiment très excités », a souligné le député saskatchewanais.

En plus de faciliter de recueillir des bulletins de vote partout au pays, qui sont ensuite envoyés à Ottawa, les événements organisés d’un océan à l’autre donnent la chance aux membres de s’exprimer, selon lui.

« C’est très émouvant de voir certains de nos partisans, nouveaux ou anciens, qui ont pratiquement la larme à l’oeil en pensant au changement que nous pourrions apporter », a ajouté M. Tochor.

Lors des rassemblements, les membres peuvent aussi profiter des équipements mis à leur disposition pour photocopier une pièce d’identité, qu’ces derniers doivent envoyer avec leur bulletin de vote. Cette étape logistique peut être complexe pour certains membres.

Poilievre favori, mais Charest ne concède rien
 

De nombreux membres du parti s’attendent à ce que M. Poilievre gagne l’élection depuis que son équipe de campagne a rapporté avoir vendu plus de 300 000 adhésions. Cependant, l’équipe de Jean Charest, l’ancien premier ministre du Québec et principal rival de M. Poilievre, a indiqué qu’elle croyait avoir les points nécessaires pour remporter une courte victoire.

Pour la dernière semaine avant la date butoir, l’équipe de campagne de M. Charest compte concentrer ses efforts en Ontario et en Colombie-Britannique, deux champs de bataille importants dans la course, selon elle. Elle estime déjà posséder de nombreux appuis au Québec et dans les provinces de l’Atlantique.

M. Charest espère aussi obtenir les appuis de Patrick Brown, qui a été disqualifié de la course le mois dernier en raison d’une allégation selon laquelle il aurait violé la loi électorale du pays.

L’ancien premier ministre du Québec a contacté les organisateurs qui faisaient partie de l’équipe de M. Brown, mais certains membres du parti pensent que de convaincre ses partisans de se rallier à M. Charest sera plus facile à dire qu’à faire, car ces derniers pourraient maintenant décider de ne pas voter du tout.

Le prochain chef conservateur sera annoncé lors d’un congrès à Ottawa le 10 septembre.

À voir en vidéo