Xavier Bertrand refuse d’être candidat à une primaire à droite

Xavier Bertrand, président de la région des Hauts-de-France et candidat à la présidentielle, a déclaré mardi 6 juillet qu’il ne serait « pas candidat à une primaire » de la droite pour désigner son candidat. « Je veux rassembler les talents de la droite » mais « il faudra rassembler plus largement », a déclaré sur TF1 le président récemment réélu des Hauts-de-France.

→ DÉBAT. À droite, la primaire est-elle la solution ?

« Je suis candidat pour être président de la République » et « c’est une candidature de cohérence ; cohérence avec ma conception de l’élection présidentielle. C’est une rencontre entre un homme, une femme, et les Français », a-t-il expliqué. « Et donc, en cohérence, je ne serai pas candidat à une primaire », a fait valoir l’ex-membre des Républicains.

➡?Sur une primaire de la droite : allez-vous y participer ?

[email protected]

« Ce soir devant les Français, je suis candidat à l’élection présidentielle, c’est une candidature de cohérence, je ne serai pas candidat à une primaire »

? #[email protected] >https://t.co/midPACssdcpic.twitter.com/sQmQcRfdor

— TF1LeJT (@TF1LeJT) July 6, 2021

« La primaire n’a pas laissé que des bons souvenirs à droite et a été source de divisions », a-t-il argué. « À chaque fois, vous avez les différences qui deviennent, des divisions et pour beaucoup de nos concitoyens, pour beaucoup d’électeurs de la droite et du centre, on voit bien que ce sont bien plus souvent des machines à perdre. » « J’ai une responsabilité, c’est celle de rassembler », a-t-il conclu.

« Personne ne gagnera seul »

Sans parler d’une primaire, mardi soir le président des Républicains, Christian Jacob, a maintenu le calendrier de la désignation du candidat de son parti à la présidentielle, en appelant fermement les différents candidats « à la responsabilité » et à se « mettre d’accord », leur donnant rendez-vous au Congrès organisé par LR, le 25 septembre.

« Il ne peut pas y avoir deux candidats de la droite et du centre » a martelé le patron de LR. Car « personne ne gagnera seul ». Mais le cavalier seul actuel de Xavier Bertrand fait grincer des dents à droite. « L’homme ou la femme providentielle que certains espéraient ne s’est pas imposé », ont ainsi affirmé lundi 5 juillet, dans une tribune au Figaro, Valérie Pécresse (ex-LR), Laurent Wauquiez et Bruno Retailleau, tous trois partisans d’une primaire et candidats potentiels à la présidentielle.

Même ton de Michel Barnier, autre candidat potentiel pour 2022 : « Je ne crois pas qu’on puisse décréter le candidat de la droite républicaine, surtout quand on s’exclut du jeu collectif. Moi, je pense très sérieusement, et je le dis avec beaucoup de gravité, que quand on veut le soutien d’une famille politique il faut accepter de jouer le jeu collectif de cette famille », a-t-il mis en garde sur LCI.