vaccination, variant Delta et vacances, contaminations… Le récap’ du 2 juillet

► Olivier Véran met en garde contre la menace du variant Delta

En visite dans un centre de vaccination situé dans un centre commercial des Hauts-de-Seine, le ministre de la santé a insisté sur l’utilité de la vaccination. « Nous devons nous mettre à l’abri d’une reprise épidémique, nous devons faire plus. La menace du variant Delta est une menace qui est réelle, et qui pourrait venir gâcher nos vacances et gâcher l’été », a-t-il d’abord prévenu.

→ DÉBAT. Peut-on rendre la vaccination obligatoire ?

« Je ne suis pas sûr que nous ayons le temps d’attendre jusqu’à septembre ou octobre. Il y a une menace de potentielle de reprise épidémique dès cet été », a insisté Olivier Véran pour appeler les Français à se faire vacciner, avant de rappeler qu’un grand nombre de doses est actuellement disponible. Le ministre a toutefois précisé qu’une vaccination obligatoire ne s’imposerait pas pour l’ensemble de la population française.

► La pandémie a accéléré dans la plupart des régions du monde cette semaine

Avec 377 000 contaminations enregistrées quotidiennement dans le monde cette semaine, l’indicateur est reparti en légère accélération (+ 2 % par rapport à la semaine précédente), selon un bilan de l’AFP arrêté à jeudi 1er juillet. Il accélère pour la première fois depuis la fin avril, quand il avait atteint son record (816 800 nouveaux cas par jour).

→ REPORTAGE. Covid-19 : la Tunisie sinistrée par une violente vague épidémique

Cette semaine, seule la zone Amérique latine/Caraïbes a vu sa situation s’améliorer, avec 13 % de nouveaux cas en moins par rapport à la semaine précédente. La pandémie a accéléré dans toutes les autres régions : + 30 % en Europe, + 25 % en Afrique, + 10 % au Moyen-Orient, + 5 % dans la zone États-Unis/Canada, + 4 % en Asie. En Océanie, les contaminations ont aussi accéléré, de 31 %, mais le coronavirus y circule peu (323 cas par jour).

La Russie, frappée de plein fouet par le variant Delta, a enregistré ce vendredi pour le quatrième jour consécutif un record de décès avec 679 morts dus au Covid-19 lors des dernières 24 heures. Malgré cela, le Kremlin a rejeté, pour l’heure, l’idée d’introduire un confinement pour lutter contre une nouvelle vague meurtrière.

► Une partie du Portugal à nouveau sous couvre-feu

Près de la moitié des dix millions de Portugais se verront imposer un nouveau couvre-feu nocturne dès aujourd’hui pour tenter de freiner une recrudescence de l’épidémie de Covid-19 due au variant Delta, déjà prédominant dans ce pays. Pour la première fois depuis la mi-février, le Portugal a franchi cette semaine la barre des 2 000 nouveaux cas quotidiens, alors que ce chiffre évoluait au printemps autour de 500.

La mesure concerne les 45 communes les plus touchées par la hausse des contagions, situées surtout dans les régions de Lisbonne et de l’Algarve (Sud), mais aussi dans d’importantes villes du nord du pays comme Porto ou Braga. Les déplacements entre la région de Lisbonne et le reste du pays ont été interdits pendant le week-end depuis deux semaines déjà, pour ralentir la propagation du variant.

« La situation n’est pas comparable avec les moments les plus difficiles que le pays a vécus depuis un an et demi, mais elle s’est aggravée », a fait valoir la ministre porte-parole du gouvernement, Mariana Vieira da Silva, en annonçant jeudi les nouvelles restrictions sanitaires. Dans les municipalités à risque « élevé » ou « très élevé », restaurants, cafés, commerces ou espaces culturels doivent à nouveau réduire leurs horaires et leur capacité d’accueil.

► Santé Publique France rappelle l’utilité de l’isolement et du traçage

Santé Publique France (SPF) a souhaité ce vendredi une « resensibilisation de la population » à la nécessité de s’isoler en cas de symptômes du Covid-19 et de signaler les cas contacts. L’agence a détecté un « problème d’acceptabilité » de ces mesures, sur fond de montée du variant Delta.

→ ANALYSE. Covid-19 : la vie sans masque, une révolution au-delà des apparences

Avec l’arrivée des vacances d’été pour beaucoup de Français, « il y a des enjeux de sensibilisation très forts » car les gens ont « envie de faire autre chose », a admis, lors d’un point presse sur l’épidémie, Didier Che, directeur adjoint des maladies infectieuses de SPF.