Sur Parcoursup, les étudiants en réorientation ont aussi leurs chances

La phase principale d’admission de Parcoursup touche à sa fin. Vendredi 16 juillet, les 719 000 candidats ayant reçu au moins une proposition d’admission devront en avoir accepté une. Environ 182 000 d’entre eux sont des étudiants en réorientation, qui ont dû repasser par la plateforme afin d’intégrer un nouveau cursus. Le chiffre est en hausse de 4 % par rapport à 2020, sur fond de restrictions sanitaires.

→ À LIRE. Parcoursup : 100 000 propositions d’inscription de plus que l’an dernier

« Il est certain qu’il y a eu plus de réorientations, surtout après cette année très difficile », évalue Hélène Conté. Chargée d’insertion et de réorientation à l’université Bordeaux Montaigne, elle a constaté une hausse de sollicitations d’étudiants en première année de licence. Pour Jérôme Teillard, chargé de mission Parcoursup au ministère de l’​enseignement supérieur, « l’augmentation du nombre de formations proposées sur la plateforme rend aussi plus visibles les vœux de réorientation ».

Qui sont-ils, ces étudiants en réo­rien­ta­tion ? Angèle Delpech, vice-présidente chargée de la défense des droits à la Fage, principal syndicat étudiant, identifie deux profils : « Ceux qui se rendent compte que ça ne leur convient pas après un an et ceux qui retentent pour avoir leurpremier choix de l’an passé. » Jérôme Teillard y ajoute celui de l’étudiant « qui fait des vœux de précaution, avant d’avoir eu ses résultats de fin d’année ».

L’accompagnement des services universitaires d’insertion et d’orientation

Sur la plateforme, la procédure est identique à celle que suivent les néo-bacheliers. Une seule différence : leur dossier ne contient pas de fiche « avenir ».

« Mais ils ont la possibilité d’ajouter une fiche de suivi, dans laquelle ils peuvent exprimer leur projet de réorientation », précise Jérôme Teillard. Ces fiches peuvent être tamponnées par les services universitaires d’insertion et d’orientation (SUIO), comme celui où travaille Hélène Conté.

Même s’ils existent dans toutes les universités françaises, ces services sont souvent « mal connus des étudiants », regrette Angèle Delpech. « Ce sont pourtant des acteurs essentiels, vers qui l’on dirige énormément les étudiants ayant déjà fait un an de cursus. » L’accompagnement ne s’arrête pas au tampon : « Si l’étudiant postule à une licence sélective, on va aussi l’aider à mettre en avant ses atouts et le préparer aux entretiens », explique par exemple Hélène Conté.

Un traitement égalitaire

Si certains étudiants entamant une réorientation craignent d’être « lésés » par rapport aux néo-bacheliers, le ministère de l’enseignement supérieur assure que « l’examen du dossier a lieu dans les mêmes conditions ».

EXPLICATION. Parcoursup : de nombreux candidats encore en attente

« On observe même de meilleurs résultats cette année », se réjouit Jérôme Teillard. Au 15 juillet, plus de 76 % des étudiants en réorientation avaient reçu une ou plusieurs propositions d’admission. Une amélioration déjà observée par le Comité éthique et scientifique de Parcoursup dans leur rapport de 2020. « Il y a eu un vrai travail pour permettre à ces étudiants de rendre compte de leur parcours et d’exprimer leur projet », note le chargé de mission.

Pour les 18 % sans proposition d’inscription, la phase complémentaire se poursuit jusqu’à mi-septembre. Un accompagnement leur sera proposé dans le courant de l’été pour les aider à trouver une formation.