Sterling destructeur, Poulsen a eu tout faux

Les percussions de Sterling, Kane capitaine exemplaire, l’entrée catastrophique de Poulsen… Les Tops et les Flops après la qualification de l’Angleterre en finale de l’Euro aux dépens du Danemark (2-1 ap).

Tops

Raheem Sterling a encore détruit une défense
Le dynamiteur anglais a encore frappé. Et ça commence à être très usant pour toutes les défenses qu’il croise. Intenable dès le début de la partie, Sterling l’a été sur 121 minutes, trouvant encore l’énergie de sprinter à la 115e pour tenter d’alourdir le score. À l’origine de chaque action anglaise, c’est lui qui a provoqué le but contre son camp de Kjaer sur le centre de Saka en première période, avant d’obtenir le pénalty libérateur en prolongation. Sa condition physique a impressionné autant que sa capacité à se trouver systématiquement entre les lignes adverses ou dans le dos des défenseurs danois. Un match exceptionnel, à l’image de son Euro.

Harry Kane en Homme du match
Capitaine des Three Lions, il est l’homme qui inscrit LE but de la victoire, un penalty transformé en deux temps. Mais limiter son match à ce but serait oublier tous ses nombreux décrochages pour participer aux actions offensives de son équipe, ses passes en profondeur, ses décalages à gauche ou à droite pour centrer. Elu homme du match, il a été aussi important dans son jeu que dans son état d’esprit, galvanisant continuellement ses partenaires même quand l’Angleterre menait déjà 2-1 en prolongation et allant au duel avec les défenseurs danois pour les user mentalement.

Flops

Yussuf Poulsen, une entrée à oublier
Si les entrées de Belotti et Thiago mardi soir, lors de la première demi-finale entre l’Italie et l’Espagne (1-1 ap, 4-2 tab), nous avaient laissé penser qu’on ne verrait rien de pire, Yussuf Poulsen nous a fait mentir. Son entrée a tué le rythme danois. Eux qui avaient jusqu’alors constamment cherché le troisième homme dans leurs phases de possession, les Danois n’ont plus jamais pu le trouver lorsqu’il s’agissait de Yussuf Poulsen. Aussi absent avec que sans ballon, il était constamment dans le mauvais tempo, ratant ses contrôles et se contentant de demander la balle dans les pieds plutôt que de faire des appels dans la profondeur. Il n’a réussi qu’une passe sur deux. Braithwaite a dû travailler pour deux sur le front de l’attaque en sa présence…

Stryger-Larsen a subi le sort de Sterling et Shaw
Préféré à Wass par Hjulmand depuis quelques matches pour son apport offensif, il aura très vite implosé face à la densité du côté anglais Luke Shaw-Raheem Sterling. L’attaquant anglais était constamment dans son dos, et le Danois s’est très vite retrouvé dépassé défensivement. L’un des meilleurs danois face à la République tchèque en quarts de finale, il a vécu un enfer face un Luke Shaw qui venait stopper chacune de ses montées le long de la ligne. Bilan : 15 pertes de balles, aucun centre ou passe en profondeur réussis en 67 minutes de jeu.