près de 55 % d’Européens vaccinés, hôpitaux et passe sanitaire, personnes à risque… Le récap’ du 22 juillet

► Plus de la moitié des adultes sont totalement vaccinés au sein de l’UE

Deux cents millions d’Européens ont été complètement vaccinés contre le Covid-19, soit plus de la moitié de la population adulte annonce ce jeudi 22 juillet la Commission européenne qui a fixé un objectif de 70 % d’adultes vaccinés cet été.

→ ANALYSE. 70 % d’adultes vaccinés en Europe d’ici juillet : est-ce réalisable ?

Un chiffre qui correspond à « un pourcentage de 54,7 % d’adultes » complètement vaccinés, en ayant reçu les deux doses de vaccin nécessaires ou une seule dans le cas de celui de Johnson&Johnson. « Nous avons 68,4 % des adultes dans l’UE qui ont déjà eu leur première dose », a précisé Dana Spinant, porte-parole de la Commission, lors d’un point presse.

« Nous sommes maintenant parmi les régions du monde qui ont vacciné le plus. Mais il est important que ces progrès soient répartis de manière plus équilibrée pour qu’il n’y ait pas des îlots où le virus puisse se propager et muter », a-t-elle ajouté.

► Pas de passe sanitaire pour les patients et visiteurs dans les hôpitaux et Ehpad

Contre l’avis du gouvernement, l’Assemblée nationale a voté contre le recours au passe sanitaire pour les patients non urgents ou les visiteurs dans les établissements de santé et maisons de retraite.

→ DÉBAT. Ehpad : le maintien des restrictions est-il justifié ?

Les députés ont soutenu par 70 voix contre 67 des amendements La France insoumise (LFI) et Les Républicains. Le projet de loi proposait le passe sanitaire pour les seuls soins programmés ou les visiteurs, mais pas pour les soins urgents. Le débat devrait cependant revenir lors de la navette parlementaire.

La députée LFI Caroline Fiat, aide-soignante de profession, a évoqué les « derniers moments » des patients et la difficulté de demander aux familles des passes sanitaires (test Covid négatif, attestation de vaccination ou certificat de rétablissement) pour venir à leur chevet. « On saura protéger les patients », a-t-elle assuré.

► En France, plus de 5 millions de personnes à risque restent à vacciner

« Plus de cinq millions de personnes » souffrant de comorbidités ne sont pas encore vaccinées contre le Covid-19, indique l’Assurance maladie qui note tout de même « une forte progression de la vaccination sur ces populations ».

Concernant l’âge, qui est un autre facteur de risque, l’assurance maladie fait état d’« encore un million de personnes de plus de 75 ans qui n’ont pas eu d’injection » (86,15 % ont en reçu une, 81,4 % ont un schéma vaccinal complet) auquel s’ajoute « un peu plus d’un million de personnes entre 65 et 74 ans » (88,3 % une injection, 82,7 % complet).

Afin de sensibiliser à la vaccination, en plus des courriers envoyés par l’Assurance maladie, les médecins traitants ont la possibilité depuis le 14 juillet « de solliciter la liste de leurs patients non vaccinés », comme l’a indiqué le directeur de l’Assurance maladie, Thomas Fatôme. Les pharmaciens ont reçu ce jeudi des dépliants à distribuer aux personnes souffrant de diabète ou en situation d’obésité. La semaine prochaine, le service médical de l’Assurance maladie commencera à contacter les 20 000 personnes de plus de 16 ans sans médecin traitant et ayant des pathologies à fort risque.

► La Chine dénonce « l’arrogance » de l’OMS sur les origines de la pandémie

« Arrogance » et « manque de respect ». En termes vifs, la Chine critique et rejette la demande de l’OMS de poursuivre sur son sol l’enquête sur les origines du Covid-19. Le pays dément également une nouvelle fois la théorie d’une fuite de laboratoire.

→ ENQUÊTE. Covid-19 : première mission ultrasensible de l’OMS en Chine

Le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a demandé la semaine dernière un audit des laboratoires dans les régions où les premiers cas de coronavirus ont été identifiés – une référence à la ville chinoise de Wuhan, un temps à l’épicentre de l’épidémie.

Le vice-ministre chinois de la santé, Zeng Yixin, s’est dit « extrêmement surpris » par cette proposition, parlant d’un « manque de respect pour le bon sens et une arrogance envers la science », lors d’une conférence de presse.

► Les réserves de la Cnil sur le passe sanitaire

La présidente de la Cnil Marie-Laure Denis s’est exprimée sur l’extension du passe sanitaire et ses modalités lors de son intervention au Sénat, mercredi 21 juillet. Celle-ci n’a pas montré de dissension quant au dispositif, mais a alerté sur une atteinte « particulièrement forte » aux libertés.

→ LES FAITS. Passe sanitaire : la Cnil ne s’oppose pas à son extension mais émet des réserves

Dans son intervention, elle a suggéré un certain nombre de précisions, retraits ou modifications au texte. Elle a noté par exemple que le contrôle de l’identité de la personne présentant un passe sanitaire est un sujet « éminemment sensible » qui justifie que la loi « en précise les modalités ». La Cnil souhaite également que soient bien précisés par la loi les lieux pour lesquels le passe sera rendu obligatoire.

► La pandémie aura un impact « à long terme » sur la santé mentale selon l’OMS

Lors de la réunion des ministres et responsables de la santé à Athènes jeudi 22 juillet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a alerté sur les conséquences de la pandémie de coronavirus et de son impact « à long terme et d’une grande portée » sur la santé mentale.
« De l’anxiété liée à la transmission du virus, à l’impact psychologique des confinements et de l’auto-isolement, aux conséquences liées au chômage, aux difficultés financières et à l’exclusion sociale, (…), tout le monde est affecté d’une manière ou d’une autre », a estimé l’organisation.

→ ENQUÊTE. Gestes suicidaires, dépressions : des chiffres alarmants sur la santé mentale des enfants

Elle a donné ainsi quelques recommandations comme le renforcement des services de santé mentale de manière générale, l’amélioration de l’accès aux soins via le numérique et l’augmentation des services de soutien psychologique dans les écoles, universités, lieux de travail en général, notamment pour les personnes travaillant en première ligne dans la lutte contre le Covid-19.