plus de 1 000 km de bouchons

Bison futé avait vu rouge pour le premier week-end de vacances, synonyme de ruée vers le sud-est et le sud-ouest. Il ne s’était pas trompé dans ses prévisions. Samedi 10 juillet, dans un contexte qui restreint les voyages à l’étranger, à la mi-journée, le cumul des bouchons sur les routes et autoroutes de France totalisaient 1 138 km de retenues. Les axes vers la Méditerranée ou la Côte Atlantique étaient pris d’assaut et les péages engorgés.

→ PRATIQUE Un été sous Covid : les réponses aux questions que vous vous posez sur les vacances

Les axes les plus encombrés, avec plus de 160 km de ralentissements chacun et des temps de trajet à rallonge, étaient, évidemment, l’autoroute A7 dans la vallée du Rhône et l’A10 qui permet de rejoindre le sud-ouest depuis la région parisienne : il fallait ainsi près de trois heures de plus aux cinq heures habituelles pour rallier Bordeaux. L’A61 entre Narbonne et Toulouse, l’A75 qui relie l’Auvergne à la Méditerranée, l’A71 entre Orléans et Clermont-Ferrand, l’A9 entre Orange (Vaucluse) et la frontière espagnole, et l’A8 en direction de la Côte d’Azur étaient toutes saturées.

Un nouvel accident de patrouilleur, le 19° depuis janvier

Les départs en vacances provoquaient aussi d’importants ralentissements à la sortie des grandes agglomérations, en particulier au péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines au sud de Paris, ou en direction du péage de Vienne (Isère) au sud de Lyon. Alors que depuis vendredi, 26 fourgons accidentés de Vinci Autoroutes sont exposés sur l’aire de Montélimar (Drôme) sur l’A7 pour alerter les automobilistes des dangers encourus par les patrouilleurs, un nouvel accident s’est produit samedi matin sur l’A9 au niveau d’Agde (Hérault), le 19e depuis le début de l’année.

→ L’ACTU Covid-19 : réouverture des discothèques, variant Delta, vaccination… Le récap’du 9 juillet

Est-ce pour prendre de l’avance, fuir à tout prix le contexte actuel de dégradation liée au développement du variant Delta (appelé aussi « variant indien ») ? À deux jours de l’intervention publique d’Emmanuel Macron qui doit s’adresser solennellement, lundi soir, à la nation pour annoncer très probablement un nouveau tour de vis sanitaire, les routes des vacances sont débordées.