La Sibérie touchée par des incendies d’une violence sans précédent

La région fait actuellement face à l’un des pires épisodes de pollution atmosphérique jamais enregistrés. En cause, les fumées toxiques émises par les incendies dus aux fortes chaleurs.

La Sibérie, l’une des régions les plus froides de Russie et du monde, fait actuellement face à une vague de chaleur sans précédent. D’épaisses fumées toxiques menacent la ville de Iakoutsk d’une pollution très forte, rapporte The Guardian .

Les autorités locales ont recommandé aux 320.000 habitants de la ville de ne pas sortir afin de ne pas inhaler les fumées toxiques émises par les incendies dus aux fortes chaleurs.

Mercredi 21 juillet, le site AirPlue Lab, qui mesure la qualité de l’air dans le monde, a noté que l’indice de qualité de l’air était de 644 à Iakoutsk, ce qui signifie que la pollution à des effets immédiats sur la santé. À titre de comparaison, la qualité de l’air à Paris était de 38 et la qualité de la ville de Mumbai, une des villes les plus polluées au monde, était de 76 le même jour, selon IQAir, une société suisse de surveillance de la qualité de l’air dans le monde.

Selon de nombreux scientifiques, ces perturbations climatiques sont dues, pour la plupart, aux gaz d’échappement des véhicules, aux émissions industrielles, à la déforestation et aux activités humaines. Iakoutsk, qui est la ville hivernale la plus froide de la planète, a vu ses températures augmenter 2,5 fois plus vite que la moyenne mondiale. Selon le Siberian Times , le premier incendie dans le nord-est de la Russie s’est déclenché début mai. Plus de 2000 pompiers avaient alors été déployés dans la région pour lutter contre les flammes.

Interrogé en 2020 par le Guardian, Freja Vamborg, scientifique au Copernicus Climate Change Service expliquait que «l’ouest de la Sibérie est la région où le réchauffement climatique est le plus visible avec des variations de température plus élevées». Sur le site de la NASA, les incendies qui touchent actuellement la Sibérie, sont visibles à plus de 50 kilomètres de hauteur.

À VOIR AUSSI – Qu’est-ce que ce «ver zombie» découvert en Sibérie?