Haïti s’enfonce dans le chaos après l’assassinat du président Jovenel Moïse

Les élections de septembre censées redonner une légitimité au pouvoir politique pourraient être compromises.

Moins de 24 heures après l’assassinat du président Jovenel Moïse, Haïti est en état de choc. L’aéroport de Port-au-Prince est fermé et la frontière avec la République dominicaine bouclée. Le directeur général de la police, Léon Charles, a annoncé que «quatre mercenaires ont été tués et six autres interpellés». Parmi ces derniers, figure un citoyen américain, a indiqué le ministre chargé des questions électorales, Mathias Pierre. Trois policiers, qui avaient été pris en otages, ont également été libérés. Selon Léon Charles, les combats se poursuivaient jeudi pour neutraliser les autres membres du commando qui a pénétré dans la résidence du président. Certains auraient d’ailleurs «trouvé refuge dans deux bâtiments» à Port-au-Prince et étaient «encerclés par la police», a de son côté affirmé l’émissaire de l’ONU dans ce pays, Helen La Lime.

Jovenel Moïse a été tué de 12 balles dans sa chambre. Son épouse, Martine, a reçu deux balles et est soignée dans un hôpital de Miami. Son état serait stable.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous