cette lettre de la préfecture de police de Paris qui alertait Anne Hidalgo

INFO LE FIGARO – Dans un courrier du 25 juin 2021, la préfecture de police estimait que cette évacuation, sans nouveau lieu alternatif, conduirait à «une situation plus pénalisante pour les riverains».

Depuis l’évacuation du jardin d’Éole mercredi 30 juin – une promesse d’Anne Hidalgo -, la situation ne s’est pas améliorée pour les riverains des 18e et 19e arrondissements de Paris, bien au contraire. «Les toxicomanes ne sont plus dans le parc mais ils sont aux alentours du parc. C’est encore pire qu’avant, il y a des agressions tout le temps», nous explique Karim, habitant du 19e arrondissement et membre du collectif Stop Crack Eole!

À VOIR AUSSI – Crack à Stalingrad à Paris: «On n’ose plus sortir les poubelles »

Une situation prévisible qui avait d’ailleurs fait l’objet d’un courrier de la préfecture de police de Paris, adressé le 25 juin à la mairie. «Je prends acte de votre décision annoncée publiquement de mettre fin au dispositif Eole le 30 juin, en notant qu’elle n’a pas été concertée avec les services de l’État», écrivait à au maire le préfet de police Didier Lallement, dans la lettre que Le Figaro a pu consulter.

«Une situation plus pénalisante pour les riverains»

«Par ce courrier, je veux vous sensibiliser aux conséquences de

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 51% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous