flambée de cas en Russie, où les gestes barrières peinent à s’imposer

Pas de ticket pour le quart de finale de l’Euro pour les Bleus. Pas de voyage pour leurs supporteurs jusqu’à Saint-Pétersbourg pour venir les acclamer vendredi 2 juillet, la Suisse et l’Espagne s’affronteront pour le quart de final de l’Euro… dans une ambiance sanitaire délétère. Sur décision du Comité d’organisation de l’Euro, le match a été maintenu dans la cité impériale, malgré des indicateurs au rouge écarlate.

→ COMPTE-RENDU. Euro 2021 : les Bleus tombent de haut

Lundi 28 juin, les autorités finlandaises ont déploré 300 cas de Covid-19 chez des supporteurs de l’équipe nationale de Finlande, qui avait joué à Saint-Pétersbourg. Depuis plusieurs semaines, le nombre de cas flambe en Russie sous l’effet probable du variant Delta.

Poussée de fièvre Delta

Sur l’ensemble du pays, 21 650 nouvelles personnes ont été contaminées, selon les chiffres publiés lundi, et 611 personnes sont décédées. La base de données Our World in Data montre cette croissance exponentielle. La Russie pointe juste derrière le Royaume-Uni avec 129 cas répertoriés par million d’habitants en moyenne sur les 7 derniers jours (contre 215 du côté britannique), mais loin devant les autres pays occidentaux – et même devant l’Inde d’où est parti le variant Delta. Si l’on en croit les chiffres officiels.

De l’avis de nombreux experts, les chiffres des contaminations comme des décès ont été considérablement minimisés par le Kremlin depuis le début de la pandémie. Il n’empêche, l’inquiétude grimpe. En 24 heures (toujours selon les chiffres officiels), Moscou a comptabilisé 124 morts du Covid et Saint-Pétersbourg 110 – un record pour les deux villes. Preuve s’il en faut du désastre : Moscou a rouvert ses hôpitaux de campagne pour faire face à l’afflux de malades.

Des mesures en trompe-l’œil

Face à l’urgence, Saint-Pétersbourg s’est résolu à interdire toute vente de nourriture dans les fan-zones et à fermer les espaces de restauration dans les centres commerciaux. Le maire de Moscou a réimposé le télétravail pour 30 % des employés non vaccinés et rendu obligatoire la vaccination pour le secteur des services.

Depuis lundi, les restaurants ne sont plus accessibles qu’aux détendeurs d’un passe sanitaire qui prouvent leur vaccination, leur infection au covid dans les 6 derniers mois ou attestent d’un test PCR négatif de moins de 72 heures. Il n’est pour l’instant pas question d’un reconfinement. Mais force est de constater que ces mesures peinent à faire effet.

→ ENQUÊTE. Covid-19 : à Moscou, la vie continue malgré une flambée de contaminations

Il faut dire que les Russes avaient fait tomber le masque depuis plusieurs mois. Il reste obligatoire dans les transports, mais dans les faits, « il y a eu un relâchement spectaculaire et il n’est presque plus respecté dans les transports en commun », témoigne Arnaud Dubien, directeur de l’Observatoire franco-russe de Moscou et chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). « Il y a une sorte de flottement avec un gouvernement à moitié dans le déni et le silence qui empêche la population de se mobiliser. »

Osera, osera pas reconfiner ?

La réponse étatique peine à se faire entendre face au virus. « Les Russes sont prêts à fermer les yeux sur pas mal d’atteintes aux libertés publiques mais quand il s’agit de leur vie privée ils peuvent vite se braquer », explique Arnaud Dubien. La Russie mise sur le vaccin pour sortir de cette impasse. Boudé jusque-là, le vaccin maison, le Spoutnik V, fait son grand retour en campagne. Les queues devant les centres de vaccination s’allongent sous l’effet de la peur.

Mais pour les experts, la troisième vague est bien trop entamée pour espérer une inflexion rapide sous son seul effet. Vaccination obligatoire pour tous ou reconfinement prochain ? Moscou devra trancher. À moins de laisser la situation s’enliser. « Les enjeux liés à la vaccination obligatoire peuvent devenir un véritable sujet de tensions à quelques semaines des élections législatives de septembre », conclut Arnaud Dubien.