Anne Burghardt, une première femme pasteure à la tête de la Fédération luthérienne mondiale

Une nomination hautement symbolique pour plus de 77 millions de chrétiens originaires de 99 pays. Âgée de 45 ans, la théologienne estonienne Anne Burghardt a été élue, samedi 19 juin, secrétaire générale de la Fédération luthérienne mondiale (FLM), rassemblant 148 Églises à travers le monde. Succédant au pasteur chilien Martin Junge, en poste depuis onze ans, elle deviendra en effet, à sa prise de fonction en novembre, la première femme et la première pasteure de la région centrale et orientale de l’Europe à prendre la tête de l’instance.

« C’est un grand honneur pour moi, et je suis profondément reconnaissante de la confiance que m’accordent les membres du Conseil. En acceptant ces responsabilités très particulières au sein de la communion, je prie pour être guidée par l’Esprit de Dieu », a-t-elle réagi peu après l’annonce des résultats des votes – favorables à 58 % à sa candidature –, « je me réjouis de pouvoir travailler avec le Conseil, avec les Églises membres et avec nos différents partenaires, car la FLM continue de participer à la mission holistique de Dieu. Que Dieu bénisse notre communion pour qu’elle soit une bénédiction pour l’Église tout entière et pour le monde ».

« Rôle essentiel »

Diplômée de théologie à l’université de Tartu, en Estonie, à la Friedrich-Alexander-Universität de Nuremberg, en Allemagne, et à l’université Humboldt de Berlin, Anne Burghardt achève par ailleurs des études de doctorat dans le domaine de la liturgie orthodoxe. Jusqu’ici, elle dirigeait le département Développement de l’Institut de théologie de l’Église évangélique luthérienne d’Estonie, et exerçait un rôle de conseil auprès de l’organisation dans ses relations œcuméniques et internationales. Mariée à Arnd Matthias Burghardt, lui aussi pasteur de l’Église évangélique luthérienne d’Estonie, elle est mère de deux enfants.

Anne Burghardt « endossera un rôle essentiel dans la direction de notre communion mondiale d’Églises, qui contribue à façonner son cheminement permanent et son témoignage de l’Évangile en œuvrant pour la paix, la justice et la réconciliation », a réagi dans un communiqué l’archevêque luthérien nigérian Panti Filibus Musa, président de la FLM, « [elle] apporte une expérience et des dons d’une grande valeur, et je me réjouis de travailler avec elle ».

→ PORTRAIT. Emmanuelle Seyboldt, un souffle d’ouverture

Cette élection suscite « joie et encouragement », a aussi souligné, dans un autre communiqué, le Conseil Œcuménique des Églises (COE) – ONG interconfessionnelle voisine, à Genève, du siège de la FLM–, avant de saluer Anne Burghardt pour « la spiritualité et le talent » qu’elle apporte « à la communauté ».