©Copyright » Politique de confidentialité » ✆Contacts

mercredi, août 10, 2022

« La situation politique apparaît de plus en plus incertaine »

Les élections de dimanche sont les deuxièmes en moins de quatre mois. Comment expliquez-vous cette instabilité politique ?

Nadège Ragaru : La Bulgarie est confrontée depuis le printemps 2020 à une crise de légitimité croissante du parti au pouvoir, presque sans discontinuer, depuis 2009 – celui de l’actuel premier ministre, Boyko Borrisov, et de son parti le GERB. Un vaste élan protestataire avait submergé Sofia et plusieurs villes du pays à l’été passé. Les manifestants demandaient la démission du gouvernement, l’organisation d’élections anticipées, le licenciement du très controversé procureur général ainsi qu’une refondation des règles du jeu politique (réforme du code électoral, lutte contre la corruption, assainissement de la vie publique et des collusions entre milieux économiques et politiques).

→ EXPLICATION. En Bulgarie, le souffle de la rébellion

Les premières élections législatives d’avril dernier ont certes donné naissance à une nouvelle offre électorale : d’une part, des partis réformateurs liés directement ou indirectement aux manifestations de l’été 2020 et, d’autre part, une nouvelle formation populiste, « Un tel peuple existe » (ITN), dirigée par un showman bulgare, Slavi Trifonov. Mais, l’absence de majorité claire et l’échec à former une coalition gouvernementale ont rendu obligatoire l’organisation d’un nouveau scrutin législatif anticipé, le 11 juillet dernier.

Les sondages donnent Slavi Trifonov vainqueur du scrutin devant Boyko Borrisov. Comment expliquer le succès de ce populiste ?

N.R. : Notons d’abord l’ampleur de ce succès électoral. Par rapport au mois d’avril, et sur la base du dépouillement de 99 % des bulletins, la formation de Slavi Trifonov augmente ses résultats de 7 % des voix (23,91 %, 64 sièges au Parlement sur 240). Arrivée au second rang en avril dernier, elle passe désormais devant le parti du gouvernement sortant, GERB (23,69 %, 64 sièges).

Ensuite, son triomphe aux élections est avant tout la victoire d’un personnage. Ce chanteur et présentateur d’émissions satiriques télévisuelles extrêmement populaire, a accompagné, depuis plus de vingt ans, le quotidien des Bulgares avec ses chansons rythmées, mêlant chalga, virilité et patriotisme. Son discours populiste, couplé à un usage massif des réseaux sociaux, a fonctionné. Il est fondé sur la revendication d’un lien direct avec le peuple, la dénonciation des élites dirigeantes et l’amour de la Bulgarie. De fait, la faible précision du projet gouvernemental a sans doute joué en sa faveur, évitant certaines questions controversées comme la relance de l’économie ou son positionnement face à la Russie.

Quels changements son électionpeut-elle susciter dans la politique bulgare ?

N.R. : Dès lundi 12 juillet au matin, Slavi Trifonov a pris toute la classe politique de cours en annonçant, avant même que soient connus les résultats finaux du vote et que le chef de l’État lui ait remis mandat pour former un gouvernement, la composition de son futur cabinet. La démarche est d’autant plus surprenante que ITN ne dispose pas des 121 mandats nécessaires à l’obtention d’une majorité au Parlement ; elle étonne de même sur le plan du respect des procédures démocratiques.

→ ENTRETIEN. Antoniy Galabov : « En Bulgarie, toute constitution d’une majorité semble impossible »

Deuxièmement, Slavi Trifonov a introduit un rapport de force qui va peser dans la perspective d’éventuelles discussions avec les partis réformateurs qui souhaitent affronter les enjeux de la justice et de la lutte contre la corruption, au centre des manifestations de 2020. Tout en rappelant son attachement à la démocratie directe, le leader d’ITN a par ailleurs proposé d’intégrer dans son cabinet d’ex-ministres associés aux élites politiques qu’il dénonce, ainsi que de jeunes cadres du secteur privé dépourvus d’expérience gouvernementale et, plus encore, d’expérience en politique. La situation apparaît donc de plus en plus incertaine.

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici