©Copyright » Politique de confidentialité » ✆Contacts

jeudi, juin 30, 2022

Le Canada fera un boycottage diplomatique des Jeux olympiques de Pékin

Le Canada boycottera la partie diplomatique des Jeux olympiques de Pékin, en février, à l’instar de ses alliés britannique, américain et australien, a annoncé mercredi le premier ministre Justin Trudeau.

Les athlètes canadiens participeront ainsi aux Jeux, mais aucun représentant du gouvernement canadien n’ira en Chine.

Mercredi matin, M.Trudeau avait pris acte de la décision de deux des alliés traditionnels du Canada, à la porte de la réunion de son caucus. Lundi, les États-Unis ont annoncé que leurs athlètes seront à Pékin, mais qu’aucun représentant du gouvernement américain ne fera le voyage. Mercredi, Londres a emboîté le pas.

« Il y a deux de nos alliés qui ont annoncé leurs décisions. Nous, on en parle avec eux et avec tout le monde depuis des mois et des mois », avait-il dit.

Sa ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly témoignait de cet effort, encore mercredi matin. « Encore ce matin, j’étais au téléphone avec plusieurs différents ministres des Affaires étrangères […] Je vais continuer, de toute façon, les contacts parce que c’est important de façon générale qu’on puisse avoir un plus grand nombre de pays qui participent », a dit la ministre faisant supposément allusion à une participation au boycottage diplomatique.

La veille, elle avait dit clairement sa préférence pour une présence des athlètes canadiens à Pékin. « Bien sûr que nous voulons nous assurer que nos athlètes pourront participer aux prochains Jeux olympiques d’hiver. Ils ont travaillé si fort ; c’est important pour eux de pouvoir y aller », avait-elle offert, à sa sortie des Communes.

Demandes répétées des oppositions

Tout comme le premier ministre Trudeau et l’ensemble des chefs de partis politiques à Ottawa, la ministre Joly se dit « préoccupée » par le traitement des Ouïghours en Chine.

« C’est clair que c’est important d’être avec des alliés en partenariat dans le monde quand on a une approche contre la Chine », a insisté M. Trudeau pour justifier le temps qu’il prenait avant de décider d’un geste à poser.

Le chef du Bloc québécois, lui, estimait mercredi matin que le gouvernement canadien avait déjà trop tardé. « Ce qu’on a accepté, à mon corps défendant, c’est de se contenter malheureusement du boycottage diplomatique », regrettait Yves-François Blanchet, en conférence de presse, mercredi matin. Son parti avait proposé, en vain, une motion qui appelait au report des Jeux.

« Même le plancher est trop mou pour les libéraux. Va falloir qu’ils aillent au sous-sol pour être confortables », dénonçait-il devant le temps que mettait le gouvernement canadien à annoncer ses couleurs.

Les conservateurs et les néodémocrates prêchaient aussi depuis plusieurs jours pour l’absence diplomatique du Canada aux Jeux olympiques de Pékin.

À voir en vidéo

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici