©Copyright » Politique de confidentialité » ✆Contacts

dimanche, août 7, 2022

le commanditaire du meurtre de l’écologiste Caceres reconnu coupable

Le dirigeant d’une société d’hydroélectricité au Honduras a été reconnu coupable lundi de l’assassinat de la militante écologiste Berta Caceres en 2016, fervente opposante à un projet de barrage de l’entreprise dans une région indigène. «Roberto David Castillo a eu une participation dans cette affaire comme co-auteur du crime d’assassinat au préjudice de Berta Isabel Caceres», a annoncé la juge lors d’une audience publique. Il est la huitième personne condamnée pour cet assassinat.

La peine de David Castillo, un ex-militaire diplômé de l’académie américaine de West Point devenu gérant de l’entreprise Desarrollos Energéticos S.A. (DESA), sera prononcée le 3 août. David Castillo a été arrêté en mars 2018, soupçonné d’être le commanditaire du meurtre de Berta Caceres, exécutée par balles dans la nuit du 2 au 3 mars 2016 à son domicile de La Esperanza, à 200 km de Tegucigalpa. En décembre 2019, quatre hommes qui étaient entrés dans le domicile de l’écologiste et l’avaient abattue ont été condamnés à 50 ans de prison. Trois autres hommes, qui les avaient engagés, ont été condamnés à 30 ans de prison.

Selon la justice, la société DESA avait ordonné la mort de Caceres car elle dénonçait la construction du barrage. Le chantier de la centrale hydroélectrique Agua Zarca, sur le fleuve Gualcarque, avait été paralysé par les manifestations organisées par l’ONG Conseil civique des organisations populaires et autochtones du Honduras (COPINH). Au cours du procès, le contenu de communications téléphoniques entre le responsable et les sept autres condamnés pour cet assassinat a été rendu public. «Nous sommes heureux aujourd’hui. Les Honduriens en ont marre de tant d’impunité», a réagi Laura Zuñiga, la fille de Berta Caceres qui coordonne désormais le COPINH. Mais «il manque encore l’échelon au-dessus», a-t-elle ajouté.

La famille de l’écologiste et les responsables du COPINH demandent que la justice punisse aussi les partenaires de DESA, membres de familles bancaires influentes dans le pays. Le 30 juin, des députés européens avaient réclamé dans une lettre au président hondurien Juan Orlando Hernandez que justice soit faite pour Berta Caceres. «Nous lançons un appel à l’Etat hondurien pour qu’il assure (…) l’accès à la justice et une réparation adéquate, effective et rapide pour les victimes, tant la famille de Berta Caceres que la société hondurienne dans son ensemble qui a été frappée par ce crime atroce», ont-ils écrit.

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici